Check-List de la FreshMeat

Alors ça y’est le Roller Derby c’est parti !

On s’est bien regardé Bliss une douzaine de fois, on a filé ses collants tout neuf et on s’est claqué deux ou trois abdos: prête pour le premier entrainement !!

Ben non. Raté. (Enfin, si c’est pas mal pour la motivation, je n’enlèverais jamais qu’un bon son punk-rock dans le casque, une paire de bas résilles, les patins sur l’épaule le tout dans un bus bondé d’ignorants qui vous regardent de travers, peuvent gonfler à bloc n’importe quelle nénette pas sportive pour deux ronds.)

C’est là qu’intervient la fameuse:

CHECK-LIST DE LA (DOUCE ET PARFAITE) FRESH MEAT

1) Le Roller Derby c’est avant tout LA SECURITE, et la sécurité passe par l’équipement. Sont obligatoires à chaque entrainement, match, scrimmage les équipements suivants :

  • Le casque
  • Le protège-dents (MouthGuard)
  • Les protège-coudes
  • Les protège-poignets
  • Les protège-genoux

Tout autre accessoire type crashpad, n’est là que pour le confort.

De plus, en match, on vous demandera d’ôter tout bijoux, piercings ou accessoires qui serait susceptible de blesser une autre joueuse seulement. Il est de votre responsabilité si vous vous blessez vous même avec vos propres accessoires.

Ne vous inquiétez pas trop pour ce qui est de trouver le bon matériel, les équipements appropriés. Il y aura toujours quelqu’un dans votre ligue pour vous aider à choisir, pour vous conseiller. On est toute passée par là, et on a eu le temps de répertorier aussi ce qui n’est pas adapté. De plus, vous trouverez sur internet une mine d’information concernant les protecs, les patins, les roues etc… sur les forums.

2) La sécurité (maître-mot du Roller Derby, vous entendrez souvent parler de cela, surtout par les arbitres) ne passe pas que par l’équipement, il y a un point crucial qui est aussi : NE PAS ETRE UN DANGER public pour soit même et pour les autres joueuses.

Et c’est à partir de là que l’on s’aperçoit que le Roller Derby, ça rentre pas tout seul !

Dans un premier temps, avant de commencer l’entrainement dans la ligue qui vous a recruté, (et même par la suite toujours) roulez, roulez, roulez, roulez, roulez… Et encore et encore !! Il n’y a que cela qui vous fera prendre confiance en vous au départ: être à l’aise sur ses patins. Pendante toute sa vie de Roller Girl, même confirmée, l’entrainement passe aussi par bouffer des kilomètres de piste, trottoir, bitume…

Ensuite, on vous enseignera les choses suivantes: les chutes (Genoux, 4 points, baseballslide), les arrêts (pivots, chasse neige, en T), la vitesse, l’endurance, la posture, l’équilibre et l’agilité, à croiser dans les virages, donner des coups et en recevoir. Tout cela garantira, du moment que vous les maîtrisez, votre sécurité et celle des autres lorsque vous serez en condition de match ou de scrimmage (voir lexique).

La liste précédente définit ce que nous appelons en Roller Derby les Minimum Skills. C’est un test à prendre très au sérieux et qui valide le fait de pouvoir jouer avec d’autres. Ce sont souvent les coachs qui les jugent, aidés par des arbitres, de la ligue ou extérieurs.

La condition physique est elle aussi très importante dans la préparation personnelle à devenir une RollerGirl. N’attendez pas après les cours de renforcement musculaire dispensés par votre league. Saisissez chaque occasion d’aller courir (le week end à la campagne avec chérichou), de tester son équilibre (lâchez les mains dans le métro ou dans le bus, ça vous évitera en plus d’attraper des saloperies), de se gaîner (pisser sans s’asseoir), de se muscler (le concours de celui qui fait le plus de pompes avec Tonton Jackie qui est complètement sec au repas de famille chez Maminette)… Surtout si vous n’êtes pas une grande sportive à la base, vous allez vraiment en chier, alors soyez un peu prévoyante.

3) LA TROUSSE DE SECOURS

Et oui les nenettes, par ce que le roller derby ça fait mal au cul; on est pas forcément tout de suite fan de ses premiers bleus (après par contre on se retrouve vite à faire des concours d’hématomes sur Facebook), alors il y 2 ou 3 petites choses (complétements accessoires) que vous pouvez laisser dans votre sac de sport (et qui ne concernent pas que les coup d’ailleurs).

Des granules d’Arnica, pour les coups et les chutes
Du Sporténine en prévention des courbatures, s’achète en Pharmacie (n’est pas remboursé) à prendre avant et après l’effort.
Du Gaffer (Gros scotch large tissé qui se coupe à la main) pour protéger votre matériel. En entrainement extérieur on a tendance à vite rapper son matos, et surtout ses patins. Le mieux est de les recouvrir de ce scotch pour éviter d’attaquer tout de suite la chaussure.
Une bouteille d’eau, histoire d’éviter de se retrouver a 15 dans les chiottes du gymnase, à faire la queue pour le robinet. Pendant ce temps, tout le monde vous attend et le coach gueule déjà (et il a raison).
De quoi se rafraichir un brin, se refaire une petite toilette, voire se changer. Par ce qu’on sait tous que parfois les entrainements ça finit en apéro au Pub, en Brunch ou au resto, le tout bien sûr, improvisé. Mais c’est pas par ce qu’on fait un sport de brutes, qu’on est des femmes des cavernes.

Bien entendu cette liste ne demande qu’à être étoffée par vous toutes, qui construirez le Roller Derby en France, avec ou sans Crashpad, avec ou sans bas résilles, mais avec toute la motivation dont on fait preuve nos ainées et dont feront preuve nos filles.

See ya on da track!

MonoSyllabicGirl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *